Inscription entreprises

Inscription

Pas encore de compte ? Pré-inscrivez-vous !
Un conseiller vous contactera pour valider votre inscription avec vous dans les 48 heures.

Faites connaissance et rapprochez-vous de vos clientes et prospects, d'une manière différente et conviviale :

Devenez le parrain de soirées de nos membres en participant aux soirées LADIES HOUR.
Louez un espace publicitaire en tant que «parrain» de notre site féminin.
Devenez membre de LADIES HOUR, en vous abonnant au site en tant que partenaire.

CIBLEZ, CHOISISSEZ, COMMUNIQUEZ : GAGNEZ du temps.

Selon l'Ipsos, plus de 50% des femmes gèrent l'argent du couple et 80% exercent leur influence sur les décisions d'achats dans le foyer.

Faites des nouvelles rencontres amicales sur notre site 100% féminin.

Répondez aux propositions de sorties organisées près de chez vous par Ladies Hour.

Restez en contact avec vos amies à travers notre plateforme, grâce à votre compte membre.

Je m'inscris

Le 1er site de sortie entre amies

Mettez vous à l'heure des ladies sur ladieshours.com

L'Inscription est gratuite car l'amitié n’a pas de prix !

RESEAU SOCIAL: on se dit tout ?

Posté par le 26 septembre 2014, dans la catégorie | 0 Commentaires

Me voilà toute auréolée de mon statut de « fille pas hyper connectée » mais « suffisamment pour en avoir fait son job » et pour pouvoir en parler objectivement et honnêtement. Aujourd’hui je fais […]

Me voilà toute auréolée de mon statut de « fille pas hyper connectée » mais « suffisamment pour en avoir fait son job » et pour pouvoir en parler objectivement et honnêtement.
Aujourd’hui je fais le point pour vous, « l’humour maison » c’est cadeau !

« Pouah encore un réseau social ! Ah merci bien !» : ça c’est la phrase jetée par une adorable femme poussant son caddie tout en accélérant (des fois que ce serait contagieux ! ) il y a 3 ans lors de mon étude de marché.

Je suis depuis intriguée par l’effet addictif/répulsif des réseaux sociaux et après avoir beaucoup lu, testé, et appris sur ce phénomène ; j’ai cherché à connaitre et comprendre ses utilisateurs dans toute leur globalité et diversité.
Les réseaux sociaux nous ont appris qu’ils pouvaient relayer le pire comme le meilleur !

Mais est ce une raison pour les ignorer ?
Non! car nous n’avons plus le choix, ils sont là, il faut « faire avec ».

Nous avons tous dans nos entourages proches une ou plusieurs personnes qui refusent catégoriquement (obstinément ?) d’être sur le réseau bleu que vous connaissez bien! (sans compter Grand Maman pour qui c’est le diable parce qu’ « ils l’ont dit à la télé » et qui brandit ses aiguilles à tricoter en forme de VADE RETRO ! )

communication internetTout le monde est ami avec tout le monde. Tout le monde suit tout le monde. On se « LIKE », on se « SUR-KIFFE » , on se « RELIKE » on se « RE-TWEETE », on « PARTAGE » on se « COMMENTE », avec supplément smiley la sauce à part merci !

Sans vouloir amoindrir les avancées fulgurantes du XXè siècle (radio et télé notamment), cette dernière décennie : l’accès à la communication et à l’information a connu un essor sans précédent.

Nous communiquons avec les quatre coins du monde, sans barrière ethnique, politique, économique, géographiques sans distinction de classe sociale, c’est facile et gratuit : Wahou ! Plus qu’une évolution, c’est une révolution (Sire !)

a group of finger and communityOn donne son avis sur tout et sur rien, on s’offusque, on s’indigne (beaucoup. sur les réseaux, il est de bon ton de s’indigner ! ) mais surtout on écrit d’abord et on réfléchi après !

Tout se fait dans l’instantané. Alors que les paroles s’envolent mais les écrits restent…
Le souci c’est qu’il n’y a pas de mode d’emploi, hormis les conditions générales d’utilisation (que personne ou presque ne lit jamais!).

J’ai parfois l’impression sur certaines pages que toute règle de politesse ou de savoir vivre est oubliée parce qu’ « on est sur un réseau » (quand à l’orthographe, n’en parlons même pas, je suis l’une des premières à avoir suivi le train et à «m’assoir dessus »  ).

On nous a appris les bonnes manières, comment se comporter en public…mais comment doit-on se comporter sur les réseaux sociaux?

1 – D’abord, les récalcitrants : si j’avais 2 minutes pour vous convaincre de vous inscrire sur un réseau social, je vous dirais :

Ils sont notre présent et notre avenir, et, que nous soyons d’accord ou pas :

  • ILS NOUS RAPPROCHENT

Ils Permettent de retrouver des relations perdues, des copains de classe, de la famille éloignée.

Nombreux sont ceux qui y apprennent les bonnes ou mauvaises nouvelles de leurs proches: par ce moyen (plus facile et rapide), en 2 minutes on a constaté qu’ils vont bien, comment ce sont déroulées les dernières vacances et que l’ainé a obtenu son diplôme pendant que la première dent du dernier perçait, et on like !
Certains y trouvent l’amour, d’autres des amis. Ils nous donnent la possibilité d’approfondir une relation ou d’en développer de nouvelles.

lachendes senioren-paar mit tablet

  • ILS FLATTENT NOTRE EGO, et ça fait du bien !

Je veux parler des « SELFIES » : ces autoportraits qu’on adore ! Certains psy les pensent bon pour l’égo et reboosteurs de moral ! ils auraient même leur contraire: les « Ugglies » (les mêmes mais en moches : masque au concombre de Madonna, bouton d’acné de Justin Bieber, on peut tous y jouer !)
On y raconte nos succès, nos joies, parfois nos échecs et on vérifie combien de likes on a eu !

  • Ils sont une VITRINE POUR LES ENTREPRISES:

Les réseaux sociaux sont un outil de promotion pour les entreprises commerciales et les fournisseurs de service qui ont tous légitimement besoin de se faire connaitre.

Les fonctionnalités de partage sont propices à la viralité, à l’instantanéité. (imaginez un gigantesque circuit de domino, voilà vous y êtes!)*1Personen halten sich fest
Ils sont parfois vecteurs de changements et de mobilisation.
Par exemple dans les disparitions d’enfants, on l’a constaté : le réseau social permet des actions rapides, l’information est relayée en temps réel par les grands médias puis par les internautes qui se mobilisent.
Ils permettent la diffusion d’images qui peuvent changer le monde ou entraîner des interventions dans certains points sensibles du globe.
C’est en communiquant via ces derniers que les acteurs du printemps arabe ont renversé trois gouvernements en 2011, ou que plus récemment des femmes indigènes ont interpellé le ministre canadien en s’affichant avec une pancarte « Am I next ? » (« Suis-je la prochaine ? ») pour demander l’ouverture d’une enquête sur le sort de celles d’entre elles assassinées ou portées disparues.

  • Ils permettent de « FAIRE ENTENDRE SA VOIX »

Les réseaux sociaux permettent de « contribuer », d’être actif et non passif, de relayer des informations importantes, de donner un avis, une opinion, un vote sur un produit marketing, un service, un lieu…

Ils permettent la collaboration, la participation, l’échange d’expériences…

« Oui d’accord mais », me répondrez vous…
Addiction, Suicide d’adolescents harcelés sur la toile, images compromettantes à portée de tous, effets pervers, pour les plus jeunes. Comme toute invention un peu « magique » (il y a une pincée de magie dans internet, on l’oublie parfois…), il y a des conséquences néfastes.

Aux prémices des médias audiovisuels, certains d’ailleurs avaient peur de la télévision…

2 – Si je devais me focaliser sur les effets néfastes de ces réseaux, je dirai :

 

  • Sur les réseaux sociaux, MA VIE PRIVÉE EST EXPOSÉE !

Woman hiding what she doing on laptopPAS FORCEMENT: car vous pouvez la protéger en suivant des règles simples : sécurisez votre compte en le paramétrant : c’est facile et rapide. (pour de nombreux employeurs et recruteurs, les réseaux sont une mine d’information !)
N’annoncez pas à la planète que vous partez un mois en vacances car votre maison sera visitée en votre absence aussi surement que si vous accrochiez une pancarte souhaitant la bienvenue aux cambrioleurs!

 

 

 

  • Les réseaux sociaux sont un VECTEUR DE CYBER- CRIMINALITÉ!

VRAI :Le vol d’identité a lieu sur les réseaux sociaux,

tout comme votre ordinateur peut être piraté, tout masked thief stealing data from computers

comme le vol de sac à main au musée Grévin.

Là aussi les inventions, les nouvelles technologies ont

vu depuis toujours l’apparition de nouvelles formes de délits.

Même si vous verrouillez l’accès à votre compte, l’information peut quand même circuler via vos contacts. Faites attention avec QUI vous partagez une photo un commentaire (les fameux cercles).

Le réseau, grâce a des algorithmes compliqués, des cookies (genre de mouchards), va repérer vos centres d’intérêts ou ceux de vos amis. (Comme sur la totalité d’internet d’ailleurs !)

Il suffit que certains de vos contacts aient « aimé » une vidéo ou une page pour qu’elle apparaisse dans votre timeline. PA-RA-ME-TREZ !

  • LES RÉSEAUX SOCIAUX PEUVENT RENDRE ACCROS !

VRAI: Utiliser internet à trop haute dose, comme les jeux vidéos, peut virer à l’addiction.

Ils ressemblent à une grande cour de récré avec plein de jeux (applications) : on ne s’y ennuie jamais car il se passe toujours quelque chose. (D’ailleurs : ARRÊTEZ de nous spammer 50 fois par jour pour nous inviter à vos jeux !)

  • Les réseaux sociaux sont un vecteur pour la CYBER-INTIMIDATION

HARCÈLEMENT
VRAI: tout comme dans la vie réelle, la seule différence c’est qu’ici on est forcés de la constater!

Le harcèlement des collègues, des confrères, des copains de classe ont aussi lieu sur les réseaux…Jeunes et moins jeunes rédigent des messages insultants ou haineux et s’en donnent à cœur joie, sans aucune censure !

Facile d’être haineux , « planqué » au sein d’une communauté qu’elle soit virtuelle ou réelle ! Que ce soit gratuit ou sous prétexte de s’élever violemment contre une « injustice » , on s’érige en avocat, en juge ou en bourreau, on est pas loin de la série « Dexter », c’est tout simplement du lynchage gratuit …

Hard Studying - Studiare Duramente
VENGEANCE

VRAI PARFOIS : l’amoureux éconduit qui publie des photos intimes. La vengeance est rapide et facile à poster et l’auteur est sûr de na pas rater son coup en faisant un maximum de dégâts : car sur le net rien ne disparait jamais vraiment, tout ressort un jour.

  • Les réseaux sociaux, VECTEURS DU CYBERTERRORISME

VRAI : ils sont devenus un outil de prédilection pour les terroristes qui profitent eux aussi de nos avancées technologiques .  Il y a eu et il y aura toujours des fanatiques qui les détourneront à de fins criminelles : charge aux états, aux responsables des réseaux de mettre en place une surveillance accrue et de clôturer les comptes lorsque ceux-ci sont utilisés à des fins terroristes.Charge à nous même d’être prudents.

 

  • Les réseaux sociaux sont vecteurs de « DÉFIS STUPIDES »:

VRAI :Et ça reste bon enfant et peut être très drôle lorsque le défi  n’est pas dangereux. (« à l’eau ou un resto »*2… ) Ces rites initiatiques font penser aux bizutages dans les grandes écoles qui ne sont pas nouveaux. Les adolescents adorent se mettre en danger, ils jouent avec la mort afin de se sentir plus vivants, en toutes époques et coins du globe, en recherche d’adrénaline.

3 – Bon et le cyber- respect, TU CONNAIS?

Sur les réseaux sociaux, les gens ont moins de retenue.

Ils ont tendance à s’immiscer dans l’intimité des autres, à porter un jugement qu’on ne leur a pas demandé…

conseil de disciplineUne page même publique ne vous autorise pas à faire tout et n importe quoi : voyez la comme une devanture de boutique : oseriez vous la taguer par des accusations  agressives ou des insultes ?

Quant aux pages privées même non sécurisées, elles ne comportent pas de manière intrinsèque un « permis de tout faire » : c’est à dire venir « balancer sans prendre de gants » votre avis sous la photo postée par un ami! vous vous êtes défoulés, mais oseriez vous entrer sans frapper ni vous essuyer les pieds dans une maison même si la porte est entre ouverte?

Se laisser aller est tentant mais dangereux.

Pages de fans, pages politiques ou religieuses, pages de centre d’intérêts : on y rencontre le manque de tolérance de certains internautes qui n’acceptent pas que votre opinion soit différente de la leur et le disent avec haine parfois.

Boh hé! cé pô d’m’a faute !!

Allons bon : est ce la faute de l‘outil ou celle de l’utilisateur ? utiliseriez vous une scie sauteuse sans en connaitre le fonctionnement ?

Pour autant, le réseau a sa part de responsabilité, il contribue à une émulation néfaste et donc à la mise en danger des utilisateurs en servant de catalyseur et doit donc être particulièrement vigilant.

Ces vidéos malsaines relayées : la faute au réseau social ? Pas seulement!

La faute à nous-mêmes qui faisons de nos réseaux ce que nous voulons, qui les façonnons à notre image, c’est nous qui choisissons !

A nous de fixer les règles. Et au réseau de protéger et d’informer au maximum les internautes.

Alors où on place la barre ?

Regarder, être regardé, suivre, être suivi, oui cela peut être dangereux, comme dans la vie réelle!

Alors restons aussi prudent sur la toile que dans la rue et « éclatons-nous » sur cette merveille d’innovation technologique que sont les réseaux sociaux, ils font en sorte que nous ne sommes plus vraiment seuls, à condition qu’ils soient le pendant de la vie réelle mais qu’ils ne la remplacent pas !

Rien ne doit être diabolisé trop hâtivement surtout pas un concept qui permet à des millions de gens de communiquer…mais:
Un ami est bien plus qu’un pseudo sur un ordinateur, un réseau c’est bien plus que regarder passer des commentaires sur une soirée à laquelle vous n’étiez pas invité !
Simone de Beauvoir disait en parlant d’amour qu’il est : « l’infini mis à la portée des caniches »  ; internet représente l’infini, ne soyons pas des caniches !

 Prenez soin de vous!

Murielle

*1 Ce sujet fera l’objet dans quelques mois d’un Apéro-conférence à Nancy offert par Ladies Hour, sur la nouvelle ère du marketing et comment les entreprises peuvent simplement, rapidement et à moindre cout booster leurs ventes, améliorer leur visibilité.
*2 Se jeter dans l’eau froide ou payer un resto : c’est le principe du défi lancé sur Facebook en mai. Suivant le mouvement, un jeune homme de 19 ans est mort noyé en plongeant la jambe attaché à son vélo…
 

LES DIX COMMANDEMENTS DU SAVOIR VIVRE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

(Code de bonne conduite offert par www.ladieshour.fr) c’est ICI*

(*cliquez sur « passer l’intro » en haut à droite)


« BONUS LADIES HOUR « 

Parce que : « Ça peut toujours servir !»

Handcuffed Man

La liberté d’opinion et la liberté d’expression n’autorisent pas tout, en tout cas pas l’incitation à la haine ou à la violence, les insultes, critiques ou dénigrement : chaque avis posté doit porter sur un fait !
INJURE : Il s’agit d’une parole offensante adressée à une personne sans évoquer un fait précis , ou dans le but de la blesser délibérément, en cherchant à l’atteindre dans son honneur, sa dignité (ex : telle personne/tel site : est raciste). Elle est passible d’une peine de prison (6 mois) ou d’amende (jusqu’à 22 500 euros) .Lorsqu’elle est proférée de manière non publique à l’égard d’une personne chargée d’une mission de service public, l’insulte prend le nom d’OUTRAGE. (exemple de peine encourue : 12 000 Euros d’amende maximum pour une injure prononcée sur un blog …)

INSULTE : si l’insulte a été faite à titre privé et sans provocation, elle n’est passible que d’une contravention en vertu des dispositions de l’article R 621-2 du code pénal Par contre, si elle est publique (c’est-à-dire réalisée devant témoin ou par écrit), elle peut donner lieu à un dépôt de plainte, car il s’agit d’une diffamation, qui est considérée comme un délit. (amende jusqu’à 12 000 euros + dommage et intérêts le cas échéant)

DIFFAMATION : c’est le fait de tenir des propos portant atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne physique ou, dès lors que celle-ci est nommément désignée ou clairement identifiable. Peine encourue : Contravention de 4è classe (tribunal correctionnel si elle est publique, tribunal de police si elle est privée)(article 29 de la loi du 29/07/1881)

DÉNONCIATION CALOMNIEUSE : La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d’un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l’on sait totalement ou partiellement inexact. Peine encourue jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende (article 226-10 du code pénal)

MENACE : sur des biens ou des personnes. Peine encourue de 750 à 45 000 euros d’amende et de 6 mois à 3 ans d’emprisonnement (articles R 322-12 et suivants du code pénal).

DÉNIGREMENT: Une accusation sur la qualité d’un produit ou d’un service mais sans s’attaquer à la personne (sinon il s’agirait d’une diffamation) elle-même. La peine encourue relève du tribunal civil (article 1382 du code civil).

 

Laisser un commentaire

Vous devez être connectée pour poster un commentaire.