Inscription entreprises

Inscription

Pas encore de compte ? Pré-inscrivez-vous !
Un conseiller vous contactera pour valider votre inscription avec vous dans les 48 heures.

Faites connaissance et rapprochez-vous de vos clientes et prospects, d'une manière différente et conviviale :

Devenez le parrain de soirées de nos membres en participant aux soirées LADIES HOUR.
Louez un espace publicitaire en tant que «parrain» de notre site féminin.
Devenez membre de LADIES HOUR, en vous abonnant au site en tant que partenaire.

CIBLEZ, CHOISISSEZ, COMMUNIQUEZ : GAGNEZ du temps.

Selon l'Ipsos, plus de 50% des femmes gèrent l'argent du couple et 80% exercent leur influence sur les décisions d'achats dans le foyer.

Faites des nouvelles rencontres amicales sur notre site 100% féminin.

Répondez aux propositions de sorties organisées près de chez vous par Ladies Hour.

Restez en contact avec vos amies à travers notre plateforme, grâce à votre compte membre.

Je m'inscris

Le 1er site de sortie entre amies

Mettez vous à l'heure des ladies sur ladieshours.com

L'Inscription est gratuite car l'amitié n’a pas de prix !

Mamans, vous qui faites tourner le monde…

Posté par le 31 août 2015, dans la catégorie | 0 Commentaires

// ENQUÊTE AFIN DE MIEUX COMPRENDRE LES MAMANS D’AUJOURD’HUI // Ladies Hour est allée à la « rencontre digitale » de mamans de la France entière ! En cette veille de rentrée, les enfants sont au centre de […]

// ENQUÊTE AFIN DE MIEUX COMPRENDRE LES MAMANS D’AUJOURD’HUI //

Ladies Hour est allée à la « rencontre digitale » de mamans de la France entière !

En cette veille de rentrée, les enfants sont au centre de tous les enquêtes et les attentions : magasines, sondages, publicités, j’ai voulu moi parler des mamans.

 Septembre, nous le savons tous est le mois du « Grand  Marathon » (cartables, inscriptions extra scolaires, gardes robes à refaire pour eux, vaccins, papiers officiel à remplir, autorisations à donner, inscriptions à payer…) c’est donc à elles que je pense !! Juste  avant, tout de même,  d’avoir une pensée attendrie pour nos loulous qui eux s’endormiront dans une maison douce et quiète, après avoir  posé un dernier  regard plein de fierté posé sur le cartable neuf  renfermant les merveilles, la nuit leur apportant de doux rêves de belles et fortes amitiés toutes neuves, de nouveaux jeux, de nouvelles séries télé ….

D’accord !…

 Et vous les mamans ? A quoi allez-vous rêver? Allez-vous seulement dormir ? Nul doute à la « To Do List » aimantée au frigo,  « post’itée » sur la table de travail, greffée et ressassée derrière nos paupières closes !

 

ENTRÉE EN MATIÈRE

Le saviez-vous ? La France affiche fièrement un taux de natalité extraordinaire et parmi les plus élevés en Europe. Environ 800 000 bébés naissent chaque année (ipsos avril 2015)

Grâce à l’internet, nous pouvons heureusement échanger avec des mamans partout dans le monde, organiser des rencontres entre mamans ayant des passions communes et ainsi nous entourer de personnes partageant nos valeurs pour nous permettre d’obtenir des conseils et du support tout en nous adaptant à notre nouvelle réalité. Des groupes se forment en réseau un peu partout.

« […] un lieu réel ou virtuel où échanger nos expériences et demander des conseils, un endroit où toutes les « méthodes » seraient entendues et respectées. Notre génération est née en plein lobbying Nestlé et compagnie et sacralisation du médical, et ça c’est pas vraiment améliorer. On a perdu (si il y a eu, j’y été pas je ne sais pas) la confiance intergénérationnelle dans la parentalité. On a peut être raison, peut être pas, mais du coup on a besoin de mamans d’expériences pour nous transmettre leurs expériences. » (Témoignage de Ch- 54)

 

LA PRESSION SOCIALE

Cependant, l’effet pervers de l’accès à toute cette information est  que cela crée souvent une énorme pression sur la maman actuelle. Les femmes sont confrontées à tellement d’idéaux différents qu’elles finissent par ne plus s’y retrouver et développent un fort sentiment de culpabilité qui leur fait perdre leurs repères. Résultat : elles ne se font plus confiance et n’écoutent plus leur instinct.

Busy mother doing simultaneously many tasks cooking cleaning reading working and talking on the phone

Et pour la plupart, ce que cette culpabilité intérieure exprime en réalité est notre désir de guider notre enfant pour qu’il puisse devenir une personne heureuse, épanouie et saine. Nous oublions souvent que nos déboires occasionnels forgent notre caractère et que ce ne sont pas nos erreurs sporadiques qui feront en sorte que notre enfant sera « ruiné » et condamné à consulter pour le reste de ses jours!

Rappelons-nous que les mamans font du mieux qu’elles peuvent et malgré leurs erreurs, elles ne veulent que le bien de leurs enfants, quitte à s’ajuster en cours de route.

« Pour moi tout a commencé quand j’ai annoncé à mon patron que j’étais enceinte. Selon lui j’étais trop jeune, ce n’était pas le bon moment, à croire qu’il me fallait l’approbation de mon patron pour avoir un enfant. Ensuite ça a été les choix médicaux. Je voulais une grossesse et un accouchement peu médicalisé. […] J’ai eu beaucoup de critiques […] j’ai eu l’impression que si j’avais écouté la famille, les amis, les collègues je n’aurais eu aucun contrôle de mon corps. Que j’aurai du faire « comme tout le monde », comme la société l’a dicté. En résumé, j’ai l’impression d’être un ovni parce que je fais mes propres choix qui sont souvent différents des « concepts » qu’a dictés la société. J’ai eu l’impression qu’on essayé de me « voler » ma grossesse et ma maternité, parce que faire comme tout le monde c’est normal alors que faire des choix qui sont bons pour bébé et maman c’est bizarre […] » (témoignage de C-54)

 

La maternité n’est plus synonyme d’isolement social, ni considérée comme une période de renoncement, voire de sacrifice. Les jeunes mamans confient volontiers leur enfant à une nounou, à une crèche ou simplement à un membre de la famille. 

« Oui nos bébés on les aime, mais oui, des fois nous avons besoin de les confier car notre corps et notre esprit ont besoin de repos. Mais c’est un déchirement de devoir confier son enfant, alors beaucoup de jeunes mamans n’osent pas confier leur bébé. C’est tellement difficile qu’on préfère s’oublier. Et pourtant, une maman reposée et heureuse, c’est un bébé qui ressent son bien-être et qui se sent bien aussi. […] » (témoignage de N -54)

ET LES PAPAS, EUX?

Les mères exigent beaucoup plus de leur partenaire qu’avant. Heureusement, les pères s’impliquent davantage dans les tâches de la maisonnée et prennent plus de responsabilités parentales qu’ils le faisaient auparavant, même s’il leur reste beaucoup de chemin à faire pour nous contenter!

LES SOUHAITS D’UNE MAMAN

Peu importent ses valeurs et ses plans de vie, la mère d’aujourd’hui n’aime pas les stéréotypes et trouve important de choisir sa propre destinée. Elle se battra parfois à coup d’émotions intenses pour faire valoir son point de vue et ses passions. Elle veut surtout qu’on la voie pour ce qu’elle est, pour la place qu’elle occupe au sein de sa famille, de son travail et dans la société en général.

« […] Une maman qui souhaite allaiter trouve très peu de personnes bienveillantes et de bon conseil autour d’elles. Les gens autour de vous ont vite fait de vous conseiller de donner le biberon plutôt que le sein, alors qu’il n’y a rien de plus naturel qu’allaiter un bébé. […]. Les jeunes mamans ne sont pas suffisamment entourées ni suffisamment soutenues. Que ce soit par leur entourage […] ou que ce soit par le milieu médical qui n’est pas suffisamment à l’écoute, ou par le monde entier, qui ne prend pas en considération le fait qu’une jeune maman, même en congé maternité ou parental, c’est quelqu’un qui bosse à plein temps, 24h/24h, 7j/7j, 365j/an et ce jusqu’à la fin de ses jours…

Maman, le plus beau métier du monde, mais aussi le plus difficile, et le seul pour lequel vous ne trouverez aucune formation disponible » (Témoignage de N-54)

 

EDUCATION

Toute la difficulté qu’ont les mères à vouloir concilier épanouissement, respect des règles et performance : en effet, un enfant avec qui l’on communique, c’est aussi un enfant qui développe son esprit critique… qu’il peut par exemple exercer sur les règles qu’il doit observer !  

Avec les nouvelles technologies, les relations entre les mamans et leurs enfants se construisent de plus en plus sur le partage et

Angry mother scolding a disobedient child

l’échange !

Pendant longtemps, il a été entendu que l’adolescent avait son propre territoire dans lequel il est difficile, voire impossible, d’entrer pour un père ou une mère : sa chambre, ses goûts, ses activités, ses amis, etc.

Les nouvelles technologies sont en train de changer la donne et en partie la nature de leurs relations (87% des mamans disent envoyer des sms à leurs enfants, 79% leur envoient des mails, 46% échangent avec eux sur les réseaux sociaux)

 

TRAVAIL A L’EXTERIEUR

Organiser le quotidien, gérer l’intendance et l’éducation des enfants, prendre le temps de s’occuper de soi, de sa vie professionnelle et amoureuse, en bref concilier vies privée et professionnelle reste encore un défi pour les femmes !

Activités extra-scolaires, vacances, gestion des urgences à l’école, devoirs… Beaucoup de femmes avouent organiser tout, toutes seules!

D’autant que la parité homme-femme est encore loin d’être acquise dans l’entreprise…

LAISSONS PARLER LES CHIFFRES

  • Une femme sur quatre reconnaît avoir déjà refusé une promotion professionnelle en raison des problèmes d’organisation et de garde d’enfants.
  • 31% ont aussi constaté des effets négatifs sur leur évolution au sein de l’entreprise après un congé maternité.
  • Près d’une femme sur deux s’avoue angoissée à l’idée d’un imprévu dans l’organisation du foyer !
  • Beaucoup avouent que la gestion des problèmes  de garde d’enfant, a un impact sur leur bien-être professionnel (49%, +11 points par rapport aux hommes), leur efficacité (41%, +5 points par rapport aux hommes), leur ambition professionnelle (41%, +8 points), leur progression (40%, +9 points) et leurs relations avec la hiérarchie (34%, +7 points).

african american woman with baby girl working from home

TRAVAIL AU FOYER

Une autre pression régulièrement vécue par les mamans d’aujourd’hui découle du fait qu’elles ont désormais le choix d’avoir une carrière tout en étant mamans!

Ce choix est une avancée fulgurante pour les femmes, mais ajoute en même temps un stress supplémentaire puisque la conciliation travail-famille est encore difficile à faire et dépend largement de l’endroit où l’on travaille, de la flexibilité de l’entreprise face à cette réalité et du support des proches.

«  Je suis avocate…M’arrêter : je culpabilisais, continuer : idem, j’ai attendu la dernière minute pour l’annoncer à mon patron, peur de passer pour une fainéante, une ingrate, mais peur de laisser mon bébé si petit si fragile et d’être une mauvaise mère ! Ma mère a toujours été là quand je rentrais de l’école, le goûter prêt […]Au début j’ai aimé être avec mon bébé et peu à peu je m’ennuyais j’ai essayé les associations mais en soirée je me sentais déconnectée des autres femmes, je redoutait le moment des présentations ou on dit ce qu’ on fait… j’ai pourtant calculé tout ce qu’on économise en étant moi au foyer…mais je le vis de plus en plus mal face au regard des autres, et je me replie sur moi même je refuse les invitations, mon mari en souffre aussi, je me dis qu on devrait être heureux et se moquer du regard de la société mais on en fait partie de cette société, on ne peux pas « faire comme si »… » (témoignage de T- 33)

Etre mère au foyer est un vrai travail à temps plein qui peut aussi être très épanouissant pour des femmes qui ont fait ce choix. En outre, elles ont un rôle social important souvent sous-évalué.

Les mères au foyer d’aujourd’hui ne sont pas celles d’hier

 » Etre femme au foyer, ce n’est pas ringard !» » dit Marie-Christine Rousselin, Présidente de l’Union Nationale des Femmes Actives Et Foyer. 

D’ailleurs, « Être mère au foyer est le plus souvent une parenthèse dans la vie des femmes aujourd’hui ».

Notre société n’est pas très tendre pour elles, voir même   »  très agressive dans la non-reconnaissance du travail fait à la maison » constate Marie-Christine Rousselin.  » Une mère qui s’arrête de travailler aujourd’hui est vue comme une sous-femme qui n’arrive pas à tout concilier »

Pourtant cela révèle pour certaines un vrai épanouissement, elles ont trouvé leur voie et leur équilibre.

Avec l’obligation d’être parfaites : La nécessité de réussir s’est replacée de la sphère professionnelle à la sphère familiale

Ce qui était hier une malédiction est devenu une bénédiction, et surtout, un choix : on fait un bébé quand nous le voulons, avec qui nous le voulons. Sauf qu’en route, nous avons oublié de dire aux femmes qu’être mère, c’était tout de même difficile.

« J’estime que les jeunes mamans sont très mal informées sur ce qui les attend durant la grossesse et sur l’après-grossesse. Une grossesse est un chamboulement tant pour le corps que pour l’esprit et le couple. On se prépare à passer de deux à trois, mais en fait, on ne peut jamais être prêts. […]. On ne vous prévient pas que le monde entier va essayer de vous apprendre comment faire avec votre bébé, parce que le monde entier a fait comme ça. Oui mais voilà, le monde entier n’est pas parent de votre enfant. Vous seule l’êtes. […]On ne vous a pas dit que vous allez le regarder avec tellement d’admiration, d’amour, de crainte et de peur aussi, car c’est aussi ça être maman. Passer son temps à douter de soi, à se demander si on fait les bons choix, si on élève bien son enfant, comment ça va se passer quand il va falloir le confier pour la première fois à des étrangers… Parce que ça aussi, on ne vous le dit pas assez. […]»(témoignage de N -54)

mother and Girl walking in lavender field

Lorsque les femmes n’acceptent pas ce désenchantement et ne font pas le deuil de la mère parfaite. Alors, elles continuent de courir après leur fantasme, jusqu’à l’épuisement, voire, jusqu’au burn-out.

Journées difficiles (et parfois nuits pour les jeunes mamans), responsabilités croissantes, organisation complexe, aboutissent à des craquages.  

Les mères au foyer se jettent parfois corps et âme dans leur travail, mais, très vite, se retrouvent écrasées sous une multitude de tâches. « Qu’importe, je n’avais pas le droit à l’erreur. Ce poste, je m’étais battue pour l’avoir ».

Au fil des semaines, la santé se dégrade sans qu’elle s’en inquiètent : pertes de mémoire, troubles du sommeil, douleurs musculaires inexpliquées jusqu’à l’effondrement.

 Le burn-out survient quand trois facteurs se succèdent : une grande fatigue autant physique qu’émotionnelle, un détachement vis-à-vis de son travail et un sentiment d’échec personnel »,

A nous de trouver un équilibre personnel. Si on n’est pas soi-même heureuse, c’est l’échec pour toute la famille. Il est important de penser à son bien être, de prendre soin de nous même pour continuer d’avancer.

« On passe pour des paresseuses avachies en survêt qui s’empiffrent de  biscuits  devant  des niaiseries télé. […] je ressens souvent de l’agressivité même des amis, j’ai tout entendu : maison trop clean : «tu as le temps ! » maison approximative « t’as rien à foutre et c’est dans cet état ! » , jusqu’ à me reprocher de faire régresser l’avancée  féministe  d’être une insulte aux combats de nos mères, ou ne pas contribuer à l’enrichissement du pays voir compter sur les autres : « heureusement qu’on fait pas tous comme toi !», ils vont même jusqu’à  s’apitoyer sur mon « pauvre mari » qui paie tout tout seul et moi je suis la poule pondeuse de 4 enfants!…» (témoignage de C-75)

L’AVIS DE Sabrina, Gérante de Cocoon Baby (http://www.cocoonbaby.net/)

Sabrina est diplômée de l’International Academy of Baby Planner Professionals (IABPP), elle côtoie de nombreuses mamans dans son activité de Baby planner qui va bien au delà du simple conseil , c’est une véritable bonne fée qui oeuvre pour que l’attente et la venue de bébé se passe sans stress si soucis de gestion. Elle prend tout en charge et la maman se repose tranquillement en confiant le trousseau à une professionnelle. Sabrina rassure, accompagne et recueille les confidences des parents et surtout des mamans! Voici ses 2 conseils:

« Déjà faites vous confiance avant tout ! ( ne surtout pas prendre ce qui est sur le net pour parole d’évangile) Et le deuxième conseil avant d’être maman on est des femmes avant tout, il ne faut pas s’oublier et se négliger. Les enfants ressentent une maman qui se sent bien !!!! »

Alors société, je te le dis solennellement les yeux dans les yeux: avant de juger nos mamans, apprends à les connaitre, et à les aimer !

ET vous chères mamans, n’oubliez jamais de penser à vous, la mère sublime la femme en nous mais ne l’efface pas…

Prenez soin de vous (plus que jamais! 😉 ) 

Murielle

Remerciements

Je remercie  de tout cœur les mamans du site Ladies Hour  et celles  du réseau Bergamum’s (54), pour leur aide et leurs témoignages! Je n’ai pas pu hélas les garder tous, l’article aurait été trop long mais vous vous reconnaîtrez en le lisant: car j’ai mis l’essentiel: ce que vous pensiez toutes!

Cadeau Bonus

Même si vous l’avez presque tous déjà visionnée allez j’en remet une couche parce que cette vidéo moi je la trouve juste splendide!

https://www.youtube.com/watch?v=xcbg74Kwcy4

 

Sources

http://www.ipsos.-2015-04-14-qui-sont-mamans-d-aujourd-hui

http://www.journaldesfemmes.com/maman/enfant/meres-d-aujourd-hui-comment-eduquent-elles-leurs-enfants/

http://www.foozine.com/video/funny/14426-voici-pourquoi-on-croit-que-les-mamans-ne-font-rien/

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être connectée pour poster un commentaire.